Peintures

Description du tableau d'Igor Grabar «March Snow» (mars)

Description du tableau d'Igor Grabar «March Snow» (mars)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dans l'image de I.E. Une jeune fille marche, portant deux seaux sur la poutre. Elle est pressée d'aller chercher de l'eau. Cela est évident du fait qu'elle porte un rocker sur une épaule. Sur sa tête est une écharpe chaude, la jeune fille porte une veste matelassée sombre et une jupe au sol. Et en dehors de la fenêtre, c'est déjà mars, et pourtant la fille est habillée chaudement.

Ce n'est pas pour rien que les gens disent que lorsque la marche est arrivée, il faut mettre deux pantalons. Après tout, même s'il fait plus chaud, surtout au soleil, il est encore humide dans la rue. Et cela se ressent surtout le soir. Vous pouvez comprendre ce qui devient sombre par les nuances bleues des arbres dans la neige fondante. Une telle ombre ne peut se produire que dans les rayons rouges du coucher du soleil. La neige a déjà fondu sur les pistes. Le chemin va loin dans le lointain, et la fille, pour avoir de l'eau fraîche, a besoin d'aller très loin jusqu'au puits.

Plusieurs cabanes en bois sont visibles. À droite, les arbres; ils ont déjà jeté leurs calottes de neige chaudes et attendent la chaleur. Seule la terre n'est pas pressée de jeter une couette en plumes de neige. On voit sur la photo toute cette masse neigeuse, qui ne se rendra pas bientôt aux rayons du soleil de mars entrant. Mais la neige est déjà devenue narine, avec de la glace, fondue par le soleil, des grumeaux sur le dessus. Mais cette vieille neige semble à l'artiste quelque chose de merveilleux. Grabar a attrapé ce bleu glissant de neige, qui ne peut être vu qu'à certains moments de la journée, ou plutôt, quand le jour est sur le point de changer de crépuscule.

Dans la rue - la pacification, si calme et si calme, et vous ne pouvez entendre la fille que marcher, brisant la fine croûte de glace formée sur le chemin. Seul ce craquement est entendu en silence. Il sent déjà l'air au printemps, et pour le montrer, l'image est peinte doucement et facilement. Le spectateur est attiré par l'intrigue simple, l'harmonie et la beauté de la vie rurale. L'artiste dépeint la vie quotidienne habituelle des villageois. Mais il y voyait une beauté inimitable. Grabar admire la nature qui s'éveille, admire le printemps à venir, essayant de montrer la puissance encore cachée de l'eau de fonte, qui est sur le point d'éclater en ruisseaux dans le paysage rural.





Composition de pain de neige de Moscou


Voir la vidéo: Mandela Effect Ice Caps On Mars? Please Vote #362 (Octobre 2022).